Vue sur le futur terrain du camp depuis le château-fort, milieu des années 1930

La cré­a­tion du camp de con­cen­tra­tion de Flos­sen­bürg, en mai 1938, s’in­scrit dans le con­texte de la re­struc­tu­ra­tion fonc­tion­nelle du sys­tème con­cen­tra­tion­naire entre­prise par la SS. Doré­na­vant, les camps ne dev­ront plus ser­vir unique­ment à in­ter­ner et à ter­ro­ri­ser les ad­ver­saires po­li­tiques du na­tio­nal­so­cia­lis­me. La SS veut égale­ment ti­rer un pro­fit éco­no­mique de la main-d'oeuvre con­cen­tra­tion­naire.

Les pri­son­niers se­ront dé­sor­mais ex­ploi­tés dans des en­tre­prises de la SS au ser­vice de la pro­duc­tion de ma­té­riaux de con­struc­tion. À cet ef­fet, celle-ci crée de nou­veaux camps et mul­ti­plie les trans­ferts de dé­te­nus.


En 1936-1937 commence la con­struc­tion de nouveaux camps de con­cen­tra­tion. Les camps de Sachsen­hausen et de Buchen­wald sont érigés. Les intérêts éco­no­miques de la SS jouent un rôle de plus en plus dé­ter­mi­nant dans le choix de nouveaux em­place­ments. Celui de Flossen­bürg s’avère in­té­res­sant pour elle en raison de ses im­portants gise­ments de granit.

La décision en faveur du nouvel em­place­ment est prise en mars 1938. Les pre­mières sen­ti­nel­les SS rejoignent le camp à la fin du mois d’avril. Le premier convoi, com­posé de 100 détenus en pro­venance du camp de con­cen­tra­tion de Dachau, arrive sur le chantier le 3 mai. À la fin de l’année, le camp comp­ta­bi­lise déjà 1 500 pri­son­niers.