Convoi de travailleurs civils partant du camp de regroupement de Borisov (Biélorussie), 27 mars 1944 (Archives fédérales, Fribourg-en-Breisgau)

À Flos­sen­bürg sont in­ter­nées des per­sonnes en pro­ve­nance de nom­breux pays d’Eu­rope. De mai 1938 à mai 1944, SS et Ge­sta­po font dé­por­ter ici en tout 22 000 hom­mes. Du­rant la der­nière an­née de la guerre s’y a­jou­tent 78 000 au­tres pri­sonvniers, dont 16 000 fem­mes. Plus de la moi­tié des dé­te­nus est d’o­ri­gine po­lo­naise ou so­vié­tique. Les pri­son­niers juifs, plus de 22 700, pro­vien­nent prin­ci­pa­le­ment de Po­logne et de Hon­grie.

Les pre­miers pri­son­niers sont des Al­le­mands et des Au­tri­chiens qui ont été trans­fé­rés des camps de con­cen­tra­tion de Da­chau, Bu­chen­wald et Sach­sen­hau­sen. À par­tir de 1940, la Ge­sta­po en­voie des tra­vail­leurs for­cés et des pri­son­niers de guerre à Flos­sen­bürg. Les SS dé­por­tent des Po­lo­nais, des Rus­ses, des Bié­lo­rus­ses, des Ukra­i­niens et des Slo­vènes des ré­gions oc­cu­pées.


Des hom­mes et des fem­mes en pro­ve­nance de France et des pays du Be­ne­lux, d’I­ta­lie, de You­gos­la­vie et de Grèce ar­ri­vent à Flos­sen­bürg a­près être pas­sés par d’autres camps de con­cen­tra­tion. Plus des trois­quarts des pri­son­niers sont en­re­gis­trés rien qu’au cours de la der­nière an­née de la guerre. À la suite de la ré­pres­sion de l’in­sur­rec­tion de Var­so­vie et de l’é­va­cu­a­tion des camps de Pla­szow, Ausch­witz et Groß-Ro­sen, des mil­liers de Po­lo­nais et de juifs po­lo­nais ar­ri­vent à Flos­sen­bürg. Quel­ques jours seu­le­ment a­vant la dis­so­lu­tion du camp, des mil­liers de pri­son­niers du camp de con­cen­tra­tion de Bu­chen­wald par­vien­nent en­core à Flos­sen­bürg, au terme de marches de la mort.